AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mika T. Garrett

avatar

▌ Messages : 32
▌ Date d'inscription : 01/08/2010
▌Âge : 17 ans
▌ Résidence : C
▌Citation : Ce qu'il y a de bien avec les frères, c'est qu'on peut faire des erreurs, ils nous pardonnent

Just a beautiful life !
Sweet about me:
Mes topics:

MessageSujet: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   Lun 2 Aoû - 9:57

    J’avais pensé à ce moment depuis que j’étais montée dans le bus de Chicago pour Kansas City. C’était il y a deux jours déjà, et mes pensées n’avaient pas changé depuis. Cinq ans qu’il était parti à son tour, vivre sa vie loin de ce qui fût notre maison à tous, notre chez nous devenu depuis trop longtemps la maison d’une étrangère que nous n’avions jamais su apprécier. Je crois que jamais nous ne pourrions, et ce n’était pas quelque chose qui nous tracassait de toute façon.
    Le mois dernier, elle m’avait foutu dehors cette mégère… Elle vous dira que j’ai dépassé les bornes et qu’il n’y avait plus rien d’autre à faire que cela pour me faire réagir. Je suis plutôt d’avis qu’elle souhaitait se débarrasser du dernier enfant de son mari, afin d’avoir la main mise sur lui. Oh elle l’avait déjà depuis bien longtemps, mais mo départ allait l’aider à l’avoir vraiment rien que pour lui. Qu’elle l’ait, de toute façon, j’avais perdu mon père quand il s’était remarié, elle me l’avait déjà pris, elle pouvait bien me mettre à la porte sans lui dire un mot. En revanche, ce qu’elle n’avait pas su me prendre, c’était mes frères. Deux vivaient à Chicago, le dernier à Los Angeles. Même si nous ne nous étions pas vus depuis des années, j’avais l’espoir, vain, qu’ils fussent heureux de me voir. A Chicago, j’avais compris que deux d’entre eux avaient désormais leur vie, et que j’y étais un parasite, rappelant un passé depuis bien longtemps derrière… Sûrement cela serait-il pareil pour le dernier, mais je ne souhaitais pas renoncer avant de l’avoir constaté par moi-même. Si Sean aussi avait sa vie, alors elle m’aurait vraiment tout pris, et je serais entièrement seule… si je ne l’étais pas déjà.

    Toutes ces pensées tournaient dans ma tête depuis que j’avais pris le bus à Chicago. Puis arrivée à Kansas City, j’avais hésité à prendre le suivant pour Albuquerque, puis une fois à Albuquerque, j’hésitais pour celui de Los Angeles… Je les avais tous pris finalement, autant être fixée. Si Sean me demandait de partir, je le ferai.
    Winston, cinq ans qu’il vivait là, jamais rentré comme les deux autres. Bâtiment C, quand au numéro de l’appartement je regarderai les boites aux lettres pour le savoir. N°302 : Sean T. Garrett & Emeric H. Doyle. Allons bon, mon frère avait-il viré de bord ? Ou était-ce un ami ? J’allais jusqu’à la porte de son appartement, d’un pas lent… On n’a jamais trop envie de savoir rapidement si notre frère veut encore de nous ou si l’on a cessé d’exister… Je posais mes deux sacs sur le sol, et portait ma main vers la porte… J’hésitais un moment, avant de finalement taper. Au pire j'étais préparée, je n'avais plus rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean T. Garrett

avatar

▌ Messages : 263
▌ Date d'inscription : 18/07/2010
▌Âge : 21 ans
▌ Résidence : C
▌Métier/Etude : Etudiant en médecine
•• BOUH :
▌Je l'aime ♥ : Huum..
▌Citation : L'amour comme la guerre, on le fait avec des chansons.

Just a beautiful life !
Sweet about me:
Mes topics:

MessageSujet: Re: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   Lun 2 Aoû - 13:38

Etudiant en cinquième année de médecine, la journée de Sean fut comme toutes les autres depuis cinq ans, longue, dure et éprouvante. Cinq ans plus tôt Sean commençait tout juste ses études supérieures, déjà diplômé à 16 ans, il finit par quitter son New York natal ainsi que sa famille pour emménager à Los Angeles. A cette époque, son père, lui-même chirurgien, l’avait maintes fois mis en garde quant aux études supérieures dans le domaine de la médecine. Dès son retour à l’appartement, Sean avait négligemment jeté son sac de cours dans un coin de sa chambre, sachant déjà qu’il ne bougerait pas de place avant la fin du week-end. « Studieux tu devras être mon fils » n’avais cessé de répéter, encore et encore, le père à l’encontre de son fils. Seulement papa était désormais bien loin de se soucier réellement de son fils cadet et de ses études, certainement trop occupé par la blondasse qui depuis dix ans remplaçait sa mère dans le lit parental. Allant se chercher une bière dans le frigo Sean pût constater que celui-ci était désespérément vide. Comme à son habitude Emeric avait une nouvelle fois oublié que manger faisait sans conteste partie de la survie humaine. Non sans soupirer face à l’imbécilité de son colocataire et meilleur ami, Sean alla s’asseoir sur le canapé du salon. Bière dans une main et télécommande dans l’autre, le reste de la journée risquait d’être long. Sean regarda l’heure indiquée par le lecteur DVD, 16h, définitivement long… S’endormant sans grande peine, Sean fut réveillé par un Emeric apparemment contrarié qui sans ménagement claqua la porte d’entrée derrière lui. Traversant le salon à grande allure sans même prêter attention à son meilleur ami, Emeric alla sans tarder s’enfermer dans la chambre, non sans prendre sur le chemin la bière encore entière de Sean.

« - Hey grincheux, bonne journée ? » Lança Sean à son meilleur ami avant que celui-ci ne claque la porte de sa chambre.

Sans prendre la peine de s’arrêter face au comportement plutôt douteux d’Emeric, Sean passa une main dans ses cheveux, peinant à coiffer une mèche rebelle. Son entreprise fut toutefois arrêtée lorsqu’on toqua à la porte d’entrée. Inconsciemment, Sean pria pour qu’il ne s’agisse pas de Jessisa, depuis son retour chacune de leur rencontre se transformait en véritable règlement de compte. L’annonce de sa grossesse et donc celle de sa future paternité rendait d’autant plus difficile une quelconque communication.
Cependant, tout ça n’était rien en comparaison à ce qui l’attendait derrière la porte. Le visage se décomposant peu à peu Sean constatait avec effroi la présence de sa jeune sœur. Aux dernières nouvelles, Mika habitait encore à New York avec ce qui lui restait de famille, Sean avait-il loupé un épisode ?

« - Mika ?! » Céda t-il incrédule face au regard indifférent de sa jeune sœur. « Qu’est ce que tu fous là ? » Son regard se porta sur les deux bagages posés à terre et qui, malheureusement pour Sean, devait contenir les affaires de sa sœur.

••

    « You hurted me however
    I go on to love you »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mika T. Garrett

avatar

▌ Messages : 32
▌ Date d'inscription : 01/08/2010
▌Âge : 17 ans
▌ Résidence : C
▌Citation : Ce qu'il y a de bien avec les frères, c'est qu'on peut faire des erreurs, ils nous pardonnent

Just a beautiful life !
Sweet about me:
Mes topics:

MessageSujet: Re: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   Lun 2 Aoû - 15:08

    Cinq ans avaient passé depuis la dernière fois que j’avais vue mon frère Sean. Après avoir obtenu son diplôme à seize ans, Sean avait déserté le « cocon » familial en partant à l’autre bout du pays. Il aurait voulu nous faire comprendre qu’il ne voulait plus jamais nous revoir, il ne s’y serait pas pris autrement ! Sympa le frangin… je n’ignorais pas qu’on avait une haine commune envers celle qui avait remplacé notre mère, mais j’étais sans savoir qu’il avait la famille entière en horreur. Et merde, même sa petite sœur il s’en fichait ? Il n’avait pas intérêt à répondre oui, je crois bien que je lui en collerais une dans ce cas précis. Enfin je n’allais pas aborder les sujets qui fâchent d’amblée, enfin je tenterais d’éviter, mais je ne promettais rien. J’avais l’esprit sulfureux comme disait mon père quand il n’était pas encore totalement absent de ma vie, traduisez par là « Ma fille n’a pas la langue dans sa poche, ce qui s’avère parfois dommage » … Ouais, bah on n’est pas aidé quand on est la seule fille de la famille. Et non, il est hors de question que je compte la blondasse comme une femme de la famille, plutôt crever. Après la mort de ma mère, j’étais l’unique Garrett de sexe féminin, elle n’était qu’un parasite, comme une mouche qui s’écrase sur le pare-brise de notre vie… Enfin elle, ce n’était pas vraiment une mouche, c’était plutôt le gros pigeon bien dégueulasse… Bref !
    Quand la marâtre me colla dehors, ne me laissant pas le moindre choix, avouons-le, j’avais entrepris de me rendre auprès du frère qui m’était le plus proche en distance… j’avais dû renoncer quand les deux plus proches avaient définitivement tourné la page sur la vie que nous avions, sur ce que nous étions autrefois : une fratrie. Si je ne pouvais rester chez les plus proches en distance, peut-être que le plus proche au niveau affectif (du moins, c’était le cas cinq ans auparavant) voudrait bien de moi. Dans le cas contraire, je n’en ferai pas une montagne, je rentrerai à New-York, et je reprendrai ma vie là où je l’avais laissée… c’est-à-dire quelque part entre un poste de police et un loft miteux.

    Je tapais à la porte de l’appartement de mon frère, en espérant qu’il soit là. Je n’avais pas très envie de rester assise dans le couloir comme une mendiante, en attendant son retour, aussi je le priais d’être présent. J’attendais quelques secondes avant d’entendre du bruit de l’autre côté de la porte, il y avait quelqu’un, et si ce n’était pas son frère, c’était ce Emeric que je ne connaissais point.
    La porte s’ouvrit, et je pus reconnaître mon frère. Quand bien même il avait changé en cinq ans, il n’était pas devenu un étranger, et quant à sa réaction en me voyant, j’aurai dû parier dessus. Je fis un faux sourire avant de lui répondre avec toute la gentillesse et l’ironie du monde.

    « Hé salut Sean. Moi aussi je suis super ravie de te revoir après tout ce temps, non tu sais quoi, t’as raison, on se réjouira dans dix ou quinze ans de plus. »

    Pas de « Salut Mika, comment tu vas ? »… Mon frère avait oublié les bonnes manières. En même temps je n’étais pas bien placée pour parler de ça, parce que cela faisait bien longtemps que les bonnes manières étaient derrière moi.

    « Quant à ce que je fous là, j’imagine que je fais des crêpes… ou des gaufres, qu’est-ce que tu préfères ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean T. Garrett

avatar

▌ Messages : 263
▌ Date d'inscription : 18/07/2010
▌Âge : 21 ans
▌ Résidence : C
▌Métier/Etude : Etudiant en médecine
•• BOUH :
▌Je l'aime ♥ : Huum..
▌Citation : L'amour comme la guerre, on le fait avec des chansons.

Just a beautiful life !
Sweet about me:
Mes topics:

MessageSujet: Re: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   Lun 2 Aoû - 22:07

A cet instant, Sean en venait à regretter toutes les préoccupations engendraient par le retour de Jessica. Seulement, il lui était impossible de refermer la porte au nez de sa jeune sœur, quand bien même l’idée lui avait durant une seconde traversé l’esprit. Après l’obtention de son diplôme Sean avait décidé de partir étudier à Los Angeles, soit à des milliers de kilomètres de son New York natal. Cinq ans s’étaient écoulés depuis son départ, cinq longues années séparé de sa famille. Toutefois, comme ses frères aînés avant lui, Sean avait souhaité prendre rapidement la tangente, abandonnant derrière sa petite sœur âgée d’une douzaine d’années à l’époque. Observant Mika de haut en bas, Sean n’avait jamais imaginait de telles transformations chez la benjamine de la famille. Pour être franc, le jeune homme n’imaginait aucun changement physique chez sa sœur, continuant de la percevoir comme la gamine qu’elle était à son départ cinq années auparavant. Mika avait cependant bien changé, troquant sa parure de gamine pour celle d’une jeune femme qui bien malheureusement devait attirer plus d’un regard lors de ses entrées. Jusqu’à ce jour Sean n’avait jamais, à aucun instant, regretté son départ. Détestant celle qui voulu durant tant d’années remplacer sa mère, laissé sur le côté par un père devenu l’ombre de lui-même, les Garrett semblèrent avoir perdu ce qui leur restaient d’amour depuis la mort de leurs mère et épouse.
Etonnamment, Sean se reconnaissait totalement dans l’attitude désinvolte de sa jeune sœur. Tout comme elle, Sean possédait ce gout prononcé pour l’ironie et la répartie. Toutefois, ces points communs réussiront-ils à retrouver leur complicité ? Une complicité perdue depuis la départ du grand frère qui jusqu’à ce jour n’avait jamais revu Mika, ni même aucun autre membre de sa famille.

« Evite l’ironie avec moi p’tite sœur. C’est ma marque de fabrique. » Lui répondit-il, tout aussi ironique que Mika. « Ce que je préfère ? A choisir, j’aurais préféré que tu restes à New York. Et des crêpes m’iront, merci de te montrer si prévoyante. » Reprit-il, légèrement plus sec.

Devait-il l’engueuler, la prendre dans ses bras ou sauter sur le téléphone pour incendier le paternel ? Il n’avait aucune idée du comment de sa venue ni même du pourquoi, toutefois, une chose restait certaine, Mika était bien là, face à lui. Levant les yeux au ciel, légèrement agacé, Sean avança d’un pas, approchant quelque peu de sa sœur pour lui prendre ses bagages. Sean s’effaça de la porte et laissa à Mika l’espace suffisant pour entrer.

« - Allez bouge tes fesses avant que je ne change d’avis. » Il appuya ses paroles par un mouvement de tête en direction du salon, une invitation plus qu’obligatoire. Bagages en mains, Sean attendit que sa sœur entre pour pouvoir la suivre. C’est arrivé dans le salon qu’Emeric se décida à sortir de sa chambre, certainement affamé. Le regard interrogateur d’Emeric se posa un instant sur la jeune brunette aux côtés de son meilleur ami avant de croiser celui de Sean. Arquant un sourcil, Emeric n’eut nul besoin de parler pour que Sean le comprenne. « Ma petite sœur, Mika. Mika, voici Emeric. » Présentations brèves, courtes, à la façon Sean Garrett. « Elle va rester ici pendant quelques jours voire plus. » Informa t-il Emeric tout en s’approchant de lui. « Mains dans les poches, yeux baissés, je t’interdis de la reluquer. » Reprit-il en chuchotant pour que Mika n’entende rien de ces petites précautions entre les deux amis. Il n’eut pas besoin du regard d’Emeric pour comprendre que ses paroles étaient mal placées, lui-même étant sortit avec la cousin de ce dernier.

••

    « You hurted me however
    I go on to love you »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mika T. Garrett

avatar

▌ Messages : 32
▌ Date d'inscription : 01/08/2010
▌Âge : 17 ans
▌ Résidence : C
▌Citation : Ce qu'il y a de bien avec les frères, c'est qu'on peut faire des erreurs, ils nous pardonnent

Just a beautiful life !
Sweet about me:
Mes topics:

MessageSujet: Re: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   Lun 2 Aoû - 22:59

    A l’heure actuelle, je me demandais si je n’avais pas commis une erreur. De mes trois frères, Sean était sans conteste celui avec qui j’avais le plus d’affinités. Peut-être parce qu’il n’y avait que quatre ans d’écart entre nous, alors qu’avec mes deux autres frères, la différence d’âge était bien plus marquée. Mais les trois avaient eu la même réaction en me voyant… Pourquoi n’étais-je pas restée à New-York plutôt que de venir compliquer leurs vies respectives en arrivant du jour au lendemain sans prévenir ? J’aurai pu prévenir, mais si je les avais prévenu – déjà que je n’étais pas certaine qu’ils répondent si je les avais appelés – ils m’auraient interdit de venir… J’avoue que ce n’était pas ça qui m’aurait arrêté, mais au moins j’aurai su avant que tout avait changé au point qu’aujourd’hui, la petite dernière de la famille n’était la bienvenue nulle part… Ok, j’avais peut-être un ou deux dérapages à mon actif, mais ils n’étaient pas sensés être au courant. En somme, la blondasse m’avait vraiment tout pris… à commencer par mon père quand elle était arrivée chez nous, puis mes frères les uns après les autres en les faisant fuir… Peut-être que New-York n’était pas si mal en fin de compte, en dehors de la bande de Tyrone… quand j’y pensais une douleur me revenait dans le dos. On respire, et on oublie, ça ne fera plus mal dans quelques minutes, du moins j’espère.
    En écoutant mon frère me répondre, il était clair que je n’étais pas vraiment la bienvenue, et de toute évidence il aurait préféré que je reparte. Te fais pas de bile frangin, si tu veux pas de moi, je m’en irais ! Par contre, pas dans l’immédiat… Premièrement parce que je ne reprendrais pas le bus après tout ce temps passé dedans, ensuite j’avais faim n’ayant pas mangé depuis Albuquerque, et j’avais besoin d’un douche, j’étais certaine de sentir le chacal, ou un animal du genre tout du moins.

    Ironique, sec, presque froid… On est loin de la relation qu’on avait cinq ans auparavant. A qui la faute ? Allez savoir… Et je vis bien que c’était presque à contre cœur qu’il acceptait de me laisser rentrer. J’aurai aisément pu le faire culpabiliser, mais je n’étais pas là pour cela… Il aurait préféré que je reste à New York, on verra s’il me tient le même discours quand il connaîtra Tyrone… en espérant qu’il ne le connaisse jamais à dire vrai. Même si je ne suis pas la bienvenue, je doute que mon frère l’apprécierait, et je doute qu’il me renverrait à New York s’il savait la vérité… Allons bon, prions pour qu’il ne la sache jamais.

    « Ouais, c’est ce que je disais… ravi de me voir… heureusement que je suis ta sœur. » Lui rappelais-je.

    Il me laissait néanmoins rentrer, et je ne crachais pas dessus. J’avais trop faim et trop besoin d’une douche pour laisser ma fierté s’exprimer. Au pire je le ferai un peu plus tard. D’ici là, on verrait bien ce qu’il se passerait.

    « T’inquiètes frangin, si tu veux pas de moi, je m’en irais… » Lui dis-je, ne trahissant aucun sentiment par le timbre de ma voix. Je refusais qu’il culpabilise, quand bien même il aurait de quoi. « Salut. » dis-je rapidement à Emeric alors que mon frère s’exilait avec lui pour marmonner je ne sais quoi.
    En attendant, j’avais toujours faim et instinctivement je pris la direction de la cuisine, pour y ouvrir un frigidaire désespérément vide… Et mon estomac se mit à gronder devant cette vision d’horreur.

    « Ca craint, vous avez rien à bouffer ? » Demandais-je sans attendre de réponse. « J’ai pas mangé depuis Albuquerque… » Marmonnais-je pour moi.

    Je trouvais un reste de pizza et j’optais pour le manger, peu importe de quand la pizza datait, j’avais trop faim pour m’en soucier. Et au pire, j’espérais que mon frère me sauverait de l’indigestion. Contrairement à la belle-doche il devait pouvoir lutter contre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}   

Revenir en haut Aller en bas
 
{Cinq ans plus tard, qui sommes-nous l’un pour l’autre ;; {Sean T. Garrett}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» Zéléna : Qui sommes-nous l'un pour l'autre... Là est la vraie question.
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?
» Sommes-nous morts?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: WINSTON RESIDENCES :: BATIMENT C :: Les appartements :: # N°302-
Sauter vers: